FAIRE UN DON

Dimanche de la Miséricorde

Une fête bien spéciale dont je n’ai pas beaucoup parlé dans les dernières années. Cette fête est instituée pour toute l’Église catholique au deuxième dimanche de Pâques, le 30 avril 2000 à la canonisation de Soeur Faustine. Le pape Jean-Paul II a choisi d’accomplir la demande du Christ à Soeur Faustine.

Soeur Faustine Kowalska est une jeune polonaise qui est née en 1905. Dès sa jeunesse elle avait le désir de s’offrir pour devenir religieuse. C’est le 1er août 1925 qu’elle entre dans la congrégation des Soeurs de Notre-Dame de la Miséricorde à Varsovie. Elle fera toutes sortes de travaux qui ne demandent pas d’instruction. Elle sera atteinte très vite de la tuberculose, ce qui ne lui permettra de vivre sa vie de religieuse que 13 ans. Sa vie mystique est parsemée de rencontres personnelles avec le Sauveur. Elle sera la messagère de la miséricorde divine de Dieu. La dévotion qu’elle annoncera comprend : le tableau signé Jésus, j’ai confiance en toi !, la fête de la miséricorde, le chapelet de la Miséricorde divine, la prière à l’heure de la mort du Christ en croix. Chacune de ces dévotions est accompagnée de grande grâce.

La fête de la Miséricorde divine est une occasion de rappeler le grand mystère pascal. Dieu a voulu sauver chaque homme et pour cela, Jésus a accepté de mourir sur la croix. La souffrance qu’il a accepté de subir pour que les hommes n’aient pas à souffrir de leurs péchés. Dieu a voulu offrir à l’humanité un sauveur pour les péchés des hommes. Bon, il se peut que vous me disiez que vous ne faites pas assez de péchés pour mériter la mort éternelle. C’est vrai. Mais devant la présence éclatante de l’Amour sans tâche de Dieu, il se peut que les humains ne se jugent pas dignes de s’approcher de cet amour.

Or le désir de Dieu est justement que ses enfants, les hommes et les femmes qu’Il a choisis puissent se sentir accueillis par cet amour. L’Amour souffre d’inspirer la crainte chez ceux qui ont peur. Une âme purifiée est une âme qui n’a pas peur de la lumière. Il se peut que vous ayez l’impression que vous n’avez pas peur de Dieu cependant, le désir de Dieu est plus grand que nos peurs et il a tout mis en oeuvre pour que nous ayons le désir de sa présence. Or nous voyons que le monde ne veut plus de sa présence dans leur vie. Alors, il est de notre devoir de leur annoncer que Dieu nous accueille peu importe nos péchés, peu importe nos blessures.

Patrick Côté, curé

https://www.cnd-m.org/fr/marguerite-bourgeoys/

Autres mots du curé

publié le 11 avril 2024
publié le 4 avril 2024
publié le 28 mars 2024
publié le 21 mars 2024
publié le 14 mars 2024
publié le 7 mars 2024
publié le 29 février 2024
1 2 3 21
© Paroisse Coeur-Immaculé-de-Marie, 2024
8b conception Web
menu