FAIRE UN DON

Mon avenir avec Dieu

« Mon avenir avec Dieu »

[Luc 13, 22-30]

Jésus est agaçant pour ses auditeurs qui se pensent les seuls à avoir droit au salut. Il enseigne encore que les bontés de Dieu ne sont pas les privilèges d’un peuple particulier. Dans le cœur de Dieu, le salut est universel, car rien n’échappe à la tendresse divine. Dieu ne regarde pas la race, mais les intentions du cœur.

À chacun de nous d’accepter ou de refuser l’amour de Dieu, un amour qui interpelle vers un agir inspirant pour les autres, un amour qui nous rend responsable du bonheur des gens autour de nous. Il ne s’agit pas uniquement d’être baptisé pour être sauvé, encore faut-il vivre en baptisé, c’est-à-dire en enfant de Dieu.

Je pense ici au fœtus dans le ventre de sa mère. Si celui-ci se dit : pourquoi des jambes et des pieds ou encore des bras et des mains : je n’ai pas besoin de ça ici… et qu’il décide de ne pas développer ses membres, il naîtra handicapé et il ne sera pas équipé pour vivre à plein notre vie terrestre. Si le fœtus se dit : il fait noir ici, pas besoin de yeux, ou encore : il n’y a rien à entendre ici, à quoi me sert l’ouïe? Il naîtra aveugle et sourd. Ce fœtus aurait une triste surprise en naissant à la vie humaine. Il lui manquerait des éléments essentiels pour vivre à plein et jouir des défis de la vie sur terre.

Ainsi en est-il pour nous : qu’est-ce qui nous attend dans l’au-delà puisque nous sommes de passage sur terre? Je ne pourrais pas le dire avec précision, mais je sais que c’est dès maintenant que nous nous formons pour vivre le bonheur éternel auquel le Christ nous convie dans son Royaume.

C’est dès maintenant que nous devons former notre capacité d’aimer et d’être aimé puisque le ciel est un plongeon dans le cœur de Dieu. L’au-delà se prépare en s’impliquant de plus en plus dans la vie quotidienne. Pourquoi grandir en sagesse, en science, en connaissance et en expérience si tout s’éteint avec la mort? De la même façon pourquoi des bras, des jambes, des yeux et des oreilles pour le fœtus? Comme le fœtus se développe au mieux en s’accrochant aux possibilités charnelles de sa mère pour pouvoir un jour la quitter pour voler de ses propres ailes, nous vivons ce même paradoxe par rapport à notre devenir éternel. Nos expériences, nos connaissances cultivent notre sagesse et nous prédisposent ainsi à un niveau de vie plus élevée qui se poursuit lorsqu’on quitte ce monde matériel par la porte de la mort charnelle.

Dieu nous invite à vivre pleinement notre quotidien, à mordre dans la vie à pleines dents, à développer nos capacités d’aimer dans le service du prochain pour un bonheur éternel au-delà de tout ce qu’on peut imaginer. (Éphésiens 3 :20)

Gilles Baril, prêtre curé

Autres mots du curé

publié le 4 avril 2024
publié le 28 mars 2024
publié le 21 mars 2024
publié le 14 mars 2024
publié le 7 mars 2024
publié le 29 février 2024
publié le 22 février 2024
1 2 3 21
© Paroisse Coeur-Immaculé-de-Marie, 2024
8b conception Web
menu