FAIRE UN DON

Il me faut demeurer chez toi

Luc 19, 1-10

Zachée demeure parmi les personnages bibliques les plus populaires chez les enfants : parce qu’il est de petite taille et qu’il grimpe dans un arbre. Mais qui est-il vraiment? Un collecteur des impôts romains, donc un associé avec l’oppresseur, un voleur, car il prend l’argent de ses concitoyens pour la remettre à l’envahisseur, et cela au nom de la loi romaine.

Sa position est bien fragile : il est perçu par les Romains comme un notable important puis il est perçu par ses concitoyens comme un traître à la nation. Comment se perçoit-il lui-même? Il n’est pas heureux : il se sait rejeté par les siens et il est conscient que pour les Romains, il n’est qu’un instrument parmi d’autres. Il n’est pas confortable dans sa vie ni dans sa position sociale. Il a vite découvert que l’argent ne fait pas le véritable bonheur : il étourdit, il engourdit, mais il laisse le cœur sec.

Zachée vit avec un vide intérieur à combler. Au cœur de cette détresse du cœur, il désire une vie en harmonie… Voilà ce qui le fait grimper dans un arbre quand il apprend le passage de Jésus. Il prend le risque de se faire ridiculiser publiquement… de toute façon, il est déjà malheureux.

Surprise : Jésus le voit et lui dit : « Descends vite, il faut que j’aille demeurer chez toi ». Il ne le juge pas. Il comprend les souffrances de Zachée et il s’invite chez lui. Il donne plus que ce que Zachée pouvait se permettre d’espérer. Zachée se sent grandir : il est reconnu, il existe pour Dieu. Le salut prôné par le Christ est aussi pour lui.

L’amour appelle l’amour. Le don provoque le don. Zachée trouve dans cet accueil de Jésus le courage nécessaire pour faire le ménage dans sa vie, pour y mettre de la Lumière. Plus rien ne sera jamais pareil. Il se sait aimé et il peut aimer à son tour : « Je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus ». Il veut partager cette richesse intérieure que Dieu est venu déposer dans son cœur. On gagne toujours à faire du bien aux autres et on ne sait pas tout le bien qu’on fait quand on fait du bien.

N’oublions pas qu’il nous faut être chrétiens et agir en chrétien partout. Même quand je vais me chercher du "Fast Food" chez McDonald, les gens reconnaissent en moi le curé que je suis. Un jour, j’arrive là pour commander mon dîner et un paroissien s’exclame : « Le Bon Dieu est rendu ici ». Tout le monde a reculé d’un pied comme si j’avais la COVID. Heureusement cette réaction spontanée a été vite réparée par les conversations qui ont suivi… Demeurons fiers d’être chrétiens et d’agir en chrétiens dans les gestes simples du quotidien. Il y a là des semences dont on ne mesurera jamais la pleine valeur, car « Dieu fait toujours au-delà de tout ce qu’on peut imaginer » (Éphésiens 3, 20).

Gilles Baril, curé

Autres mots du curé

publié le 6 juin 2024
publié le 6 juin 2024
publié le 29 mai 2024
publié le 29 mai 2024
publié le 9 mai 2024
1 2 3 22
© Paroisse Coeur-Immaculé-de-Marie, 2024
8b conception Web
menu