FAIRE UN DON

"ÊTRE UNE PRÉSENCE DE DIEU"

Cette parabole est très claire pour les chefs juifs et les pharisiens : Jésus résume selon sa vision l’histoire du peuple élu. Le propriétaire de la vigne est Dieu, les vignerons sont les chefs juifs et les pharisiens; les serviteurs sont les prophètes et le Fils est Jésus lui-même. Les nouveaux vignerons sont les chrétiens (ceux qui deviennent disciples du Christ).

La vigne est une image que Jésus aime pour parler de l’Église. Nous sommes les arbres appelés à porter du fruit. Rappelons que l’essentiel d’un arbre n’est pas son tronc ni son écorce, mais les racines et la sève que font monter les racines pour permettre à l’arbre de produire ses fruits.

Quelles sont nos racines? Ou encore : de quoi nous nourrissons-nous? De la joie du don de notre personne au service de la communauté ou de la recherche de notre valorisation personnelle par les performances qui résultent de nos engagements?

Quels fruits portons-nous? La vigne produit du raisin puis avec le raisin on fait du vin et le vin peut devenir par l’eucharistie le sang du Christ. Mais le raisin peut aussi simplement demeurer raisin. Sommes-nous raisin ou présence réelle du Christ par notre agir? Notons encore qu’il est rare qu’un arbre produit du fruit pour se nourrir lui-même. Alors comme chrétien, nous sommes invités à devenir nourriture pour les autres. Comment témoignons-nous du Christ au cœur du monde? Car la mission de l’Église consiste à aller dans le monde, à aller vers les autres.

Il faut apprendre à bâtir des ponts vers la société plutôt que d’ériger des murailles pour protéger nos valeurs qui diffèrent de celles prônées par la société. Jean Bosco disait que le premier pas vers l’autre consiste à s’intéresser à ce qui les intéresse et que nous demeurions disponibles pour répondre à leurs besoins. Même un simple verre d’eau donnée par amour peut redonner le goût de Dieu. Ne pas toujours chercher le plus compliqué, mais faire le plus simplement du monde avec humilité et par amour désintéressé. Voilà le témoignage dont notre monde a besoin.

Parfois, dire Dieu, ou évangéliser, c’est désapprendre les principes rigides de la morale pour accueillir l’autre avec ses misères. C’est se contenter d’être bon et attentif à chaque personne.

Ainsi en est-il de l’Église : nous ne sommes pas là seulement pour les grands de ce monde. Nous sommes là d’abord pour ceux qui souffrent et qui ont besoin d’être soutenus pour traverser les épreuves de la vie. Devenons ce type de vignerons que le Christ recherche.

Gilles Baril, curé

Autres mots du curé

publié le 30 novembre 2023
publié le 30 novembre 2023
publié le 16 novembre 2023
publié le 9 novembre 2023
publié le 9 novembre 2023
publié le 31 octobre 2023
publié le 19 octobre 2023
1 2 3 18
© Paroisse Coeur-Immaculé-de-Marie, 2023
8b conception Web
menu