FAIRE UN DON

Être toujours prêt

 « Être toujours prêt »

« Être toujours prêt » : qu’est-ce à dire ? On dit que le temps qu’on prend pour se préparer est plus précieux parfois que la réalité accomplie, car le fait de se préparer nous fait goûter ce pourquoi on se prépare. Au cœur des préparatifs se dessine la présence espérée.

C’est ainsi qu’on dirait qu’un cadeau est plus intéressant à recevoir si son emballage est agréable à regarder… et pourtant l’emballage n’est pas le cadeau… ou encore on dirait qu’un repas est meilleur si la table est bien décorée avec des fleurs et des chandelles. Dans la même perspective, j’ose penser que le temps que nous prenons pour venir célébrer l’eucharistie avec la communauté est aussi précieux que la célébration elle-même et parfois même plus précieux, car rendu à l’église, je serai peut-être distrait par des enfants qui chignent, par une homélie qui ne me rejoint pas…

Il est important le temps où on s’habille le cœur nous dit l’évangile d’aujourd’hui. Il ne faut pas que manger, boire, travailler… il faut aussi réfléchir, identifier le sens de nos actions, ne pas se laisser étourdir par le quotidien.

Se peut-il qu’à force de vivre sans s’intérioriser que Dieu passe dans notre vie sans qu’on le réalise comme à l’époque de Noé ou même à l’époque du Christ ? Car Dieu agit toujours sans éclat, sans tambour ni trompette.

Un paroissien disait récemment : « J’attendais Dieu par la porte d’en avant puis j’ai réalisé un moment donné qu’il était rentré discrètement par la porte d’en arrière ». Puis il disait dans son témoignage : « Vous savez, j’ai l’impression que les gens du Moyen-âge vivaient plus longtemps que nous. Nous, on vit entre 70 et 90 ans et c’est fini. Eux, ils vivaient 30-40 ans puis ils entraient dans l’éternité de Dieu. »

Voilà ce qui change tout : Dieu entre dans notre quotidien pour que nous entrions dans son éternité bienheureuse. Sommes-nous prêts à l’accueillir et à le laisser nous transformer. Voilà le sens de Noël que nous nous disposons à revivre dans quelques semaines. Que la quantité supplémentaire d’occupations que nous vivrons dans les prochains jours ne nous éloignent pas de l’essentiel de notre agir qui consistent à contribuer au bonheur de ceux qu’on aime. Et ces gens-là que nous aimons n’exigent pas de nous que nous arrivions à Noël fatigués et épuisés d’avoir trop couru pour leur faire plaisir.

« Être toujours prêt », non pas jusqu’à l’épuisement physique, mais être toujours prêt à aimer et se laisser aimer dans la douce tendresse des petits gestes affectueux du quotidien.

Gilles Baril, curé

Autres mots du curé

publié le 4 avril 2024
publié le 28 mars 2024
publié le 21 mars 2024
publié le 14 mars 2024
publié le 7 mars 2024
publié le 29 février 2024
publié le 22 février 2024
1 2 3 21
© Paroisse Coeur-Immaculé-de-Marie, 2024
8b conception Web
menu