FAIRE UN DON

Être témoin de la Lumière

(Jean 20 : 1-9)

L’Église de Pâques, c’est ce petit groupe de femmes qui partent embaumer un cadavre et qui constatent tout à coup qu’elles n’ont plus à chercher parmi les morts celui qui est vivant.  Elles retournent en toute hâte vers les apôtres renfermés au cénacle puis elles vont passer pour des visionnaires et des excitées.

L’Église de Pâques, ce sont ces hommes septiques, peureux qui ont perdu leur motivateur.  Jésus est mort et eux sont des désavoués sociaux, des disciples d’un vulgaire criminel.  Ils ont perdu leur réputation et ils sont désormais étiquetés comme des indésirables. Leur espérance est morte sur la croix du Vendredi Saint.

L’Église de Pâques, c’est également Marie.  Dans la maison de Jean, elle espère contre toute espérance.  Elle est là paisible, silencieuse.  Elle réconforte au lieu de se plaindre.

L’Église de Pâques, elle est timide, fragile, maladroite.  Elle est un frêle papillon à peine sorti de son cocon, incapable de déployer ses ailes.  Il lui faudra attendre le grand vent de la Pentecôte pour prendre son envol.

Mais depuis ce matin de Pâques, jusqu’à aujourd’hui :  que de prières formulées, que d’engagements, que de dépassements, que de générosité, que de bénévolat.  Et cela de génération en génération :  que de vies données au service des autres.  Christ est ressuscité : à nous d’en être témoins.

Comme pour les femmes du matin de Pâques, le Christ nous invite à agir en son nom, à évangéliser, à espérer contre toute espérance.  Pâques nous enseigne qu’il faut savoir lire le bon côté des événements au lieu de toujours se laisser abattre par ce qui nous dépasse. Il n’arrive rien pour rien.  Tout peut nous faire grandir.  Il suffi de développer la confiance.

Gilles Baril, curé

Autres mots du curé

publié le 11 avril 2024
publié le 4 avril 2024
publié le 28 mars 2024
publié le 21 mars 2024
publié le 14 mars 2024
publié le 7 mars 2024
publié le 29 février 2024
1 2 3 21
© Paroisse Coeur-Immaculé-de-Marie, 2024
8b conception Web
menu